[Updated on Apr. 18] Integration of CiNii Articles into CiNii Research

事物・眠り・言葉 : ジュール・シュペルヴィエルの夢の領域

Bibliographic Information

Other Title
  • 事物・眠り・言葉 —ジュール・シュペルヴィエルの夢の領域—
  • ジブツ ・ ネムリ ・ コトバ : ジュール ・ シュペルヴィエル ノ ユメ ノ リョウイキ

Search this article

Abstract

La présente étude porte sur les oeuvres composées par Jules Supervielle(1884-1960) entre 1927 et 1930. Elle a pour but de montrer la structure du rêve denotre poète en examinant la fonction du sommeil et la saisie poétique des choses.Elle implique l’examen du langage poétique de Supervielle par rapport aupremier Manifeste du surréalisme (1924) d’André Breton qui avait un intérêt pourle rêve en tant que source de la création poétique.Nous examinons tout d’abord la saisie poétique des choses en analysant lespoèmes intitulés « Saisir ». Le locuteur cherche à saisir les choses inconsciemmentdans l’espace onirique. Ce n’est pas une possession des choses mais une suite demouvements dont il s’agit ici. Mais, à cause des échecs répétés, le sujet poétiqueattend que le sommeil saisisse les choses à sa place. Or, ces mains, celles dusujet poétique, nous pourrions les identifier aux mains du poète lui-même, quis’engagent dans l’écriture du poème en question. En l’occurrence, on pourraitdire que les poèmes sur l’acte de saisir les choses sont des discours sur la poésieelle-même.Ensuite nous examinons les caractéristiques du sommeil chezSupervielle. L’analyse des poèmes intitulés « Tornade de sommeil » et « Lelac endormi » montre que, dans l’univers poétique de Supervielle, l’oubli estun motif inséparable du sommeil. Dans le sommeil, l’arrêt du temps et del’espace ainsi que le fonctionnement de l’oublie permettent aux choses de semétamorphoser.Après l’analyse du sommeil, nous essayons de mettre au clair le langagepoétique de Supervielle en analysant le poème intitulé « Réveil ». Au moment duréveil, il est impossible que le locuteur s’exprime parce que les mots sont restésdans l’espace onirique. Cette remarque nous permet de dire que, chez Supervielle,il est important de saisir les mots avec la raison pour la connaissance du mondealors qu’il suffit au surréalisme d’écrire directement les mots provenant d’unrêve.Le tâtonnement pour saisir les choses avec une précision onirique dansl’oeuvre de Supervielle nous montre que, bien qu’il affronte une impossibilité, lepoète a confiance aux mots eux-mêmes pour connaître le monde.

Journal

Citations (0)*help

See more

References(0)*help

See more

Related Articles

See more

Related Data

See more

Related Books

See more

Related Dissertations

See more

Related Projects

See more

Related Products

See more

Details

Report a problem

Back to top