Collège de 'Pataphysique et Mystifications

DOI IR Web Site Open Access

Bibliographic Information

Other Title
  • コレージュ・ド・パタフィジックと韜晦
  • コレージュ ド パタフィジック ト トウカイ

Search this article

Abstract

« Société de Recherches Savantes et Inutiles » : le Collège de 'Pataphysique, groupe d'avant-garde parisien, s'applique depuis sa fondation en 1948 aux expériences ludiques et parfois polémiques. Selon les doctrines de la « Science des solutions imaginaires », les pataphysiciens considèrent comme illusion tous les systèmes de savoir, de vérité et de valeur pour confondre délibérément la fiction et la réalité. D'où leur goût pour les mystifications littéraires. Utilisation de faux noms, plagiats, apocryphes, suppositions d'auteur..., bref toute sorte de simulations illégales par l'écriture s'y pratiquent quotidiennement, avec un enthousiame surprenant. Pourquoi ? Parce qu'il s'agit pour eux d'une création éminemment pataphysique : mais quels en sont la méthodologie et l'enjeu ? Alfred Jarry, le découvreur de sa science du particulier, la définit comme une exploration de la virtualité des objets axée sur leurs « linéaments », et la développe conscienceusement tout au long de ses démarches artistiques. Notons, par exemple, que son sacrilège hors des normes de la raison vise moins l'effet comique que l'application rigoureuse de sa propre logique. Seule s'impose la forme, c'est-à-dire la structure, le raisonnement et surtout les signes, car c'est à partir de là que notre monde linéaire peut se re-présenter et se re-créer sous un aspect tout à fait exceptionnel. A la lignée de ce formalisme radical se trouvent les trois Satrapes-faussaires du Collège : Pascal Pia, Raymond Queneau et Boris Vian. En jouant sur les « pactes » paratextuels, ils nous rappellent que nous, les lecteurs, sommes aussi des joueurs dans la mesure où nous respectons inconsciemment les coutumes littéraires et sociales. Ainsi, la mystification se révèle à la fois un piège et une clef : non seulement elle tente de nous berner pour remettre en cause la certitude du monde réel, mais aussi elle nous amène à découvrir avec jubilation les mondes possibles, toujours ouverts devant nous.

Journal

Details

Report a problem

Back to top